Trentemoult en voit de toutes les couleurs…

 Ancien village de pêcheurs, sur une ancienne île

C’est simple, vous n’avez qu’à prendre le navibus ! Et effectivement ce « navibus » fait bel et bien partie du réseau de transport urbain, au même titre que les bus ou les tramways. Vous le prenez à l’arrêt « gare maritime », et, en 10 minutes, il vous fait traverser la Loire. Vous arrivez donc sur la rive gauche, en un ancien ensemble insulaire que l’on nommait les îles de Rézé.

Ancienne île, car ce petit coin de terre était pris entre la Loire d’un côté, et une petite rivière de l’autre, qui, depuis, a été comblée.

Dès le XIVe siècle, les pêcheurs s’y sont solidement établis, obtenant le monopole de la pêche en Basse Loire !

Un peu plus tard, au XIXe siècle, des ouvriers travaillant aux chantiers navals de Nantes les ont rejoints, suivis par des officiers, et d’anciens cap-horniers ayant fait fortune. Aux maisons de pêcheurs se sont donc ajoutées de belles maisons bourgeoises.

 

Trentemoult : couleurs et végétation insolite

On ne sait pas trop ce qui est le plus insolite, les couleurs des maisons, ou la végétation luxuriante, foisonnante… Celle-ci, bénéficiant d’un climat particulier, permet aux camélias, aux palmiers, aux bananiers, et à de nombreuses autres plantes d’outre-mer, de prospérer tranquillement !

Quant aux couleurs… elles éclaboussent les façades, et illuminent les ruelles ! Et elles ne se font pas discrètes : rouge, jaune, bleu, vert sont utilisés sans retenue.
Il est vrai qu’elles renvoient aux couleurs des bateaux de pêche locaux, mais de là à penser que ces couleurs proviennent des restes de peinture inutilisés par les pêcheurs lorsqu’ils repeignent leurs bateaux, il y a quand même une marge… et peu importe, puisque le résultat est superbement joyeux !

Vous remarquerez que les maisons sont souvent construites en trois étages, avec une porte d’entrée ménagée en haut d’un escalier… et oui, il faut bien penser aux crues de Loire !

  

Il suffit de peu de choses…

Dans les années 80, peu à peu, le village s’endormait.
Mais voilà que le cinéma l’a réveillé soudain, Catherine Deneuve, Richard Bohringer, Bernard Giraudeau, et Jean Carmet s’y sont retrouvés, devant les caméras de Jean-Louis Huppert, pour le tournage du film « La Reine blanche ». Et voilà le village remis sous les feux des projecteurs, c’est le cas de le dire !
Aujourd’hui, de très nombreux artistes, et artisans ont peu à peu remplacés l’ancienne population de pêcheurs disparue, et les ruelles accueillent désormais des ateliers, et de petits restaurants sympathiques. Pour déjeuner, vous pouvez aussi choisir une guinguette en bord de Loire, le calme et le dépaysement en guise de plats du jour !

 

 

 

À voir également dans le département

Les Folies Siffait

Les Folies Siffait

placeLe Cellier - Loire Atlantique
 
label Jardins, activités de découverte et de loisirs  
Le couteau de Brière

Le couteau de Brière, en bois de pierre, ou en pierre de bois

placeSaint-André des Eaux - Loire-Atlantique 
label Gens d'ici Etonnant... non ?  
Extrémité du port de Saint-Nazaire

Vus du ciel, et vus d’hier, Saint-Nazaire et la Loire-Atlantique

placeSaint-Nazaire - Loire-Atlantique 
label Etonnant... non ?  

Planète sauvage : dormir au zoo !

placePort Saint-Père – Loire-atlantique
 
label Jardins, activités de découverte et de loisirs Parcs de loisirs et Parcs animaliers Z'animaux  

Découvrez les régions du Grand Ouest