Professionnelles du goûter, de la Mayenne à Madagascar !

Les religieuses de Campénéac : des professionnelles du goûter !

Nous avons ici une véritable histoire familiale entre abbayes, un arbre généalogique ! En effet, l’abbaye La Joie Notre-Dame de Campénéac est le fruit de plusieurs abbayes, qui l’ont fondée et même construite à eux seuls. Regardons-y de plus près... 

 

Une communauté qui rayonne de la Mayenne… à Madagascar !  

L’abbaye de la Joie Notre-Dame puise ses origines à l’abbaye de la Coudre, située en Mayenne ! Très influente à l’époque, l’abbaye de la Coudre envoie un groupe de sœurs pour fonder l’abbaye Notre-Dame de Bonne Garde en Bretagne en 1920. La communauté cartonne tellement que les sœurs se retrouvent vite à l’étroit dans leur monastère. Un mal pour un bien finalement, car les locaux étaient mal adaptés à la vie monastique... Leur déménagement s’impose comme inévitable, mais côté destination, rien n’est moins sûr ! 

Heureusement, leur choix se trouve vite, et ce grâce à la solidarité trappiste ! En effet c’est en 1947 que les frères de l’abbaye de Timadeuc achètent le château de la Ville Aubert, situé à Campénéac. Mais le château n’est pas tout neuf, et les frères mettent la main à la pâte pour l’embellir et y installer les sœurs. C’est pas beau ça ? C’est donc finalement en 1953 que les moniales emménagent à l’abbaye de la Joie Notre-Dame. Et très vite, elles ne chôment pas, et elles se consacrent rapidement à l’artisanat monastique ! 

Et comme ses aînées, l’abbaye de Campénéac rayonne rapidement, à tel point que deux sœurs partent implanter la vie cistercienne féminine à… Madagascar en 1993 ! La petite communauté s’établit ainsi à Ampibanjinana en 1996 avec quelques jeunes sœurs malgaches.

 

Une biscuiterie rondement menée… et des « croque-thés »

Aujourd’hui, les 28 sœurs de l’abbaye de Campénéac suivent la règle de saint Benoît « prière et travail ». Entre leurs sept offices chaque jour, les sœurs travaillent de leurs mains pour fabriquer de bons gâteaux et entretenir leur troupeau de vaches. Mais attention, c’est du sérieux, les sœurs ont leur propre biscuiterie depuis 1980, qui a même dû être agrandie ensuite à cause de leur succès !

Au cœur de cette biscuiterie, cinq sœurs travaillent deux jours par semaine pour confectionner de délicieux petits biscuits, mais également des pains d’épices, chocolats, gâteaux bretons, galettes de blé noir etc… c’est du boulot tout ça ! Mais la spécialité des moniales de Campénéac reste les « croque-thés », des petits biscuits moelleux ou croquants (selon la recette) à l’orange,  aux framboises, aux amandes etc…

L’organisation à la biscuiterie est minutieuse et chaque sœur a son rôle pour que tout s’enchaîne. Deux sœurs trient ainsi les biscuits pour enlever ceux qui ne conviennent pas, une enfourne les plaques dans le four, les « anciennes » mettent en sachet… C’est un véritable travail communautaire ! La biscuiterie permet à l’abbaye de subvenir à ses besoins et de mener à bien ses projets, comme par exemple l’hôtellerie a pu ainsi être rénovée en 2013 pour que les sœurs puissent accueillir leurs hôtes dans de meilleures conditions. C’est pas beau ça ?

 

Les 3 petites infos en plus

Les sœurs apprécient beaucoup produire du chocolat car c’est, à leurs yeux, un moyen de lutter contre le gâchis alimentaire. En effet, si le moulage est raté, les sœurs peuvent toujours le fondre et recommencer. Mais aussi, s’il y a un surplus de production, on peut être sûr qu’il y aura toujours quelqu’un pour le finir… miam !

Justement, grâce à tout le savoir-faire acquis pendant des années, les sœurs sont devenues expertes dans la production de ce chocolat, si bien qu’aujourd’hui, la qualité de leur chocolat est reconnue par la Confédération des chocolatiers et confiseurs de France. Incroyable non ?

Sur place, vous pouvez non seulement vous procurer les produits des sœurs dans la boutique de l’abbaye, mais pas que ! En effet, l’abbaye possède sa propre salle audio-visuelle dans laquelle vous pourrez y voir des petits reportages sur son histoire et sa biscuiterie. Plutôt sympa comme visite !

 

 

 

Abbaye La joie Notre-Dame de Campénéac 

La ville Aubert
56800 Campénéac

 

https://abbaye-lajoie-nd.com/

https://divinebox.fr/categorie-produit/producteurs/abbaye-de-campeneac/   

 


Pour aller plus loin...

Le Morbihan

Cliquez sur l'image

En Morbihan, les chevaliers de la Table ronde rencontrent les grands marins, les constructeurs de menhirs ou les créateurs de jeux vidéo... Ce département est toujours à la pointe de la modernité : Alain de Rohan introduit l'imprimerie moins de 40 ans seulement après son invention par Gutenberg, Louis XIV le commerce extérieur avec la Compagnie des Indes, Yves Rocher la vente par correspondance et la cosmétique bio ou Eric Tabarly ses Formule 1 des mers... Ici l'histoire des hommes ne s'arrête jamais. Mais dans le Morbihan, les paysages sont particulièrement variés. Que ce soit sur la côte avec ses îles et ses "petites mers intérieures" ou les forêts que traverse le canal de Nantes à Brest, la géographie du département constitue une palette de lieux particulièrement variés. Comme cadre de vie quotidienne ou lieu de villégiature, le Morbihan réserve bien des surprises...

À voir également dans le département

De légendes en gentil fantôme, le château de Suscinio

placeSarzeau - Morbihan 
label Légendes, histoires & Trésors Châteaux & Monuments  

Le Circuit des hortensias

placePloërmel - Morbihan
 
label Grands sites Curiosités naturelles Routes & chemins Parcs de loisirs et Parcs animaliers  

Carnac, 3000 menhirs, mais pas seulement !

placeCarnac - Morbihan 
label Archéologie et vieilles pierres Légendes, histoires & Trésors  

L’écomusée des vieux métiers

placeLizio - Morbihan  
label Activités touristiques, sportives, culturelles Petits métiers Gens d'ici Musées & Collections  

Découvrez les régions du Grand Ouest